L’analyse génomique des paragangliomes révèle des groupes moléculaires distincts associés aux gènes de prédisposition connus

Les phéochromocytomes et paragangliomes sont des tumeurs neuroendocrines rares, fréquemment associées à des mutations germinales dans les gènes VHL, RET, NF1, et SDHx. L’analyse du transcriptome et des aberrations chromosomiques dans la plus grande cohorte mondiale de ces cancers, réunie par le réseau COMETE, identifie 5 groupes moléculaires distincts, fortement associés aux mutations connues, et impliquant des voies cellulaires distinctes. Ce travail, impliquant l’équipe du professeur Anne-Paule Gimenez-Roqueplo (Paris Centre de recherche Cardiovasculaire, Hôpital Européen Georges Pompidou) et le programme CIT, vient d’être publiée dans la revue Hum Mol Genet.